• Pourquoi avez-vous décidé de créer Obligeance ?

Professionnelle petite enfance durant de nombreuses années, j’ai tout d’abord souhaité combler un vide ! En matière de graphisme pour enfants, ce qui est proposé interpelle trop souvent plus le regard de l’adulte que celui de l’enfant.

Une des définitions principales d’Obligeance est l’art de faire plaisir…

Mon premier désir était donc de créer une marque qui associe non seulement l’élégance à l’imaginaire infantile avec des dessins empreints de poésie et de délicatesse, mais aussi un apport pédagogique, d’où l’idée originale et novatrice d’associer une histoire à chacune des collections.

Ensuite, je souhaitais ne répondre à aucune norme de mode, avec des créations intemporelles.

Enfin, il était primordial pour moi d’avoir une entreprise veillant tout particulièrement à être cohérente sur deux points essentiels :

- le choix éthique respectueux de la planète : produits durables et utiles, matières nobles, productions raisonnées et raisonnables, emballages simples et réduction des étiquettes carton (celle qui propose l’histoire se garde comme on garde un livre), déplacements limités, parrainage de ruches et plantations d’arbres.

- le choix du français : création et langue françaises pour moi vont de pair. Notre langue a un charme fou et nous nous devons de la faire savourer aux enfants. Quel plaisir par exemple, de leur faire découvrir que l’on peut dire « C’est bon » mais aussi « C’est délicieux » et même « C’est exquis » !

  • Où trouvez-vous votre inspiration pour les personnages et les motifs de vos produits ?

Lorsque je dirigeais des établissements petite enfance, au cours des longues heures d’observation ou de partage des jeux et des fêtes des enfants, j’ai puisé les expressions candides, émerveillées, les gestes patauds et en même temps si légers.

Mais je dois aussi beaucoup à mon professeur de dessin et d’aquarelle. Une grande dame du dessin et de la peinture ! Elle m’a enseigné l’art d’une aquarelle colorée ainsi que la liberté du geste et du pinceau.

Ce don inestimable m’a permis, au contact des tout-petits, les croquis de mes premiers lutins.

  • Quels sont vos secrets de fabrication ?

Ce sont des secrets et les secrets se gardent …

Cependant j’évoquerai avec vous, la rencontre avec des entrepreneurs courageux et passionnés.

  • Des conseils pour utiliser vos produits ?

Des conseils poétiques, tendres, pédagogiques ! J’invite parents, grands-parents, parrains et marraines à lâcher les appareils connectés pour partager tendrement des moments avec l’enfant en lui faisant découvrir des mots, des concepts et des valeurs, et pourquoi pas à broder ensemble autour de l’histoire proposée… une toute autre histoire…

  • Quels seraient les 3 mots pour décrire Obligeance ?

Élégance, audace et délicatesse

  • Est-ce que tout est fait main et en France ?

Tous les dessins sont des aquarelles réalisées avec crayon et pinceaux !

Pour ce qui relève du « fait main », non, tout ne l’est pas au sens propre.

Obligeance est une marque en « délégation de production » : l’impression du décor sur support nécessite de recourir au travail des dessins d’aquarelle sur ordinateur puis à des machines, mais le terme de « manufacture » des entreprises françaises avec lesquelles je travaille, traduit bien le besoin et la nécessité de la main de l’homme pour assurer un travail de qualité !

La confection est entièrement réalisée par un atelier de couture estampillé « artisanat ». Et comme les toiles choisies viennent d’Alsace et des Hauts-de-France, les produits textiles Obligeance ont l’honneur d’être intégralement fabriqués en France.

  • Et la suite ? Quels sont vos prochains projets ?

Je peux vous annoncer bien évidemment de nouvelles collections, sûrement de nouveaux supports.

Quant à la suite, c’est une grande histoire de persévérance et de confiance … mais j’ai à mes côtés une perle qui m’invite à poursuivre l’aventure entrepreneuriale …

Comme le tout-petit, Obligeance va à tout petits pas, mais les « bras grands ouverts » : c’est la seule manière de garder l’équilibre !